“Le droit de donner son opinion.”

“Le plus indiscutable des droits de l’enfant est celui qui lui permet d’exprimer librement ses idées et de participer activement à l’évaluation de sa conduite et des punitions.

Développement des enfants

Les Services de garde

La société polynésienne évolue tout comme les besoins des familles pour la prise en charge des enfants, notamment avec l’augmentation du taux d’activité professionnelles des femmes.

De nombreux centres d’accueil pour les enfants non scolarisés ou scolarisés se sont ouvert en Polynésie, et propose des activités et services variés qui vont du ramassage scolaire en passant par des activités d’épanouissement artistique, culturel et sportif.


Les différentes structures d’accueil 

Les crèches ont pour objet de garder des jeunes enfants d’âge préscolaire (non scolarisés) dans des locaux réservés à cet usage. Ces structures reçoivent à la journée et de façon régulière les enfants.

Les jardins d’enfants reçoivent des enfants de plus de 18 mois, non scolarisés, en vue de leur faire bénéficier d’activités éducatives particulières.

Les garderies périscolaires ont pour objet de garder les enfants scolarisés en dehors des heures et périodes scolaires.

Les halte-garderies sont des établissements permanents qui reçoivent des enfants de façon discontinue.

Les garderies parentales assurent la garde des enfants par une association de parents participant eux-mêmes à la surveillance des enfants selon les modalités précisées dans les statuts de l’association ou son règlement intérieur.


Le choix d’un établissement agréé

Les crèches et garderies n’ont pas toutes un agrément.

L’agrément est reçu par le service « établissements d’accueil de l’enfance » de la Direction des Affaires Sociales

Une commission se réunit pour étudier chaque dossier de crèche et garderie en consultant les avis des différents services administratifs concernés : le service de l’urbanisme, le centre hygiène et de salubrité publique, le centre de protection infantile, la direction des affaires sociales ainsi que la commune d’implantation.

La commission décide également des retraits éventuels si nécessaire pour certains établissements, et peut proposer des mesures particulières de caractère sanitaire ou encore d’étudier les difficultés de certains établissements.

Choisir un établissement agréé est un gage de sécurité et de sécurité pour les enfants et pour les parents qui les confient.

Seules les établissements autorisés vous garantirons une prise en charge conforme aux exigences d’hygiène, de sécurité et de professionnalisme.

Renseignez-vous sur les autorisations des crèches et garderies auprès du service « établissements d’accueil de l’enfance » de la Direction des Affaires Sociales.

Vous pouvez les contacter par téléphone au 40 46 58 14, par email : ceae@solidarite.gov.pf

Les  maisons de l’enfance

Aujourd’hui, la société polynésienne est en forte mutation. Le rythme de travail des parents a changé, l’activité professionnelle des femmes a augmenté.

En Polynésie française, 46 000 enfants de moins de 11 ans ont été recensés en 2007 dont 11 313 préscolaires et 29 350 âgés de 0 à 6 ans qui sont à hauteur de 73% dans les îles du vent.

Dans un contexte de politique familiale sur le long terme pour la Polynésie, il est nécessaire de répondre à une demande croissante venant des parents mais aussi des services publics : comment promouvoir le bien-être des parents et le bien-devenir des enfants ?


Le Projet des Maisons de l’Enfance

En 2009, dans le cadre du Pacte de Progrès et du contrat de développement, un partenariat Etat-Pays a été acté pour développer en Polynésie française l’accueil de la petite enfance au sein de communes volontaires : c’est le projet des Maisons de l’Enfance.

La Maison de l’Enfance propose aux familles de bénéficier sur un même site, d’activités favorisant l’éveil et la socialisation de l’enfant ainsi que des activités de soutien à la parentalité, d’échanges et de partage, avec l’encadrement de professionnels de la petite enfance.


Des structures complémentaires des structures existantes

Sans concurrencer les structures existantes, les Maisons de l’Enfance ambitionnent d’être des pôles exemplaires d’accueil collectif de nourrissons, d’enfants pré scolarisés et d’enfants scolarisés pour les périodes périscolaires (après l’école, journées pédagogiques et vacances scolaires) dimensionné pour accueillir 35 enfants au plus dans des conditions correspondant aux normes d’hygiène et de sécurité en vigueur.

Elles se veulent complémentaires des structures existantes en apportant également des conseils aux parents ou futurs parents pour la prise en charge de leurs enfants, pour répondre aux difficultés qu’ils rencontrent dans leur rôle d’éducateur, en partenariat avec les associations, organismes et administrations concernées.

Les maisons de l’enfance sont gérées par le Fare Tama Hau, il y en a 6 à ce jour :

Maison de l’enfance Tél. Fax Courriel
FAA’A 40.50.78.85 40.50.78.86 faaa@maisonenfance.pf
PAPEETE 40.48.80.14

ou

40.48.80.30

40.48.80.88 mde@faretamahau.pf
PUNAAUIA 40.50.67.70 40.50.67.74 punaauia@maisonenfance.pf
TARAVAO 40.50.67.75 40.50.67.76 taravao@maisonenfance.pf
RAIATEA 40.60.20.00 40.60.20.01 raiatea@maisonenfance.pf
TAIOHAE 40.92.00.74 taiohae@maisonenfance.pf

 

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le Fare Tama Hau par téléphone au 40 48 80 80, par email : direction@faretamahau.pf

Les Droits de l’enfant

La protection de l’enfant a évolué au fil de l’histoire et selon les cultures.

Le 20 novembre 1989 est adoptée à l’unanimité par l’ONU : la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), c’est la première fois qu’il existe un texte international avec une valeur juridique pour la reconnaissance universelle de l’intérêt de l’enfant et de ses droits fondamentaux.

La CIDE définit l’enfant comme tout individu de moins de 18 ans.


Les 10 Droits fondamentaux de l’enfant

  1. Le droit à la vie

Les enfants doivent profiter des meilleures conditions pour leur développement, manger à leur faim, avoir un toit qui les protège.

  1. Le droit à la santé

Les enfants doivent pouvoir bénéficier du meilleur état de santé possible. Si l’enfant est malade, on doit lui donner des soins et des médicaments. S’il est porteur de handicap, il doit recevoir des soins et des accompagnements spécifiques.

  1. Le droit à l’éducation

Tous les enfants doivent pouvoir apprendre à lire et à écrire. Ils ont aussi droit aux loisirs et aux activités culturelles et artistiques.

  1. Droit à la famille

L’enfant a le droit de vivre, dans la mesure du possible, avec sa famille. Si ses parents sont séparés ou divorcés, il a le droit de voir son père et sa mère même s’ils sont éloignés l’un de l’autre. Quand les parents se séparent, l’enfant peut exprimer le désir de vivre avec l’un ou l’autre de ses parents.

  1. Le droit à la protection contre le racisme et toutes formes de discrimination

Les enfants ont les mêmes droits sans distinction de couleur, de sexe, de langue, de religion ou d’état de santé et quelle que soit l’origine de leurs parents.

  1. Le droit à la protection contre l’exploitation dans le travail

L’enfant ne doit pas faire un travail qui mette en danger sa santé, son développement ou sa scolarité. En dessous d’un certain âge, il ne doit pas travailler.

  1. Le droit à la protection contre la guerre et la privation de liberté

Aucun enfant ne doit faire la guerre. Les états ne doivent pas enrôler des enfants de moins de 15 ans dans leurs forces armées. Aucun enfant ne peut être torturé, condamné à mort, emprisonné à vie.

  1. Le droit à la protection contre l’exploitation sexuelle et les mauvais traitements

Les états doivent protéger et aider les enfants maltraités. Tout enfant doit savoir que son corps est à lui et qu’il doit être respecté. Personne ne peut acheter l’enfant, le vendre ou lui faire subir des violences…

  1. Le droit à une identité culturelle et religieuse

Tout enfant est une personne qui a le droit de pratiquer sa religion, apprendre la langue de ses parents, conserver ses traditions et avoir ses idées.

  1. Le droit à la liberté d’opinion et d’expression

Selon la Convention, tout enfant, capable de discernement, a le droit d’exprimer ses opinions dans le respect des personnes. Il peut ainsi penser librement mais aussi écrire, parler…


Le Fare Tama Hau, la maison de l’enfant et de l’adolescent

En Polynésie, le Fare Tama Hau œuvre pour le bien-être des enfants et des adolescents.

Il s’agit d’un établissement public administratif du pays, crée en 2004, comprend plusieurs unités :

– une maison de l’adolescent,
– une maison de l’enfant,
– un observatoire de l’enfant en danger et de l’adolescent en difficulté,

Pour plus d’informations, vous pouvez contacter le Fare Tama Hau par téléphone au 40 48 80 80, par email :  direction@faretamahau.pf  Le Fare Tama Hau est situé juste avant le pont de Motu Uta.